Aujourd’hui, c’est la 6ème journée nationale de lutte contre le gaspillage alimentaire. Dans le secteur événementiel, le gaspillage alimentaire est une des préoccupations majeures des professionnels. Il existe de nombreuses solutions pour agir efficacement. Quelques chiffres sur la lutte contre le gaspillage alimentaire 
  • 1/3 des aliments sur la planète sont jetés sans être consommés
  • 10 millions de tonnes de déchets alimentaires sont produits en France
  • 20-30 kg d’aliments c’est ce que nous jetons en France par personne et par an
  • 2013, date de lancement de la première journée de lutte contre le gaspillage alimentaire, suite à la signature d’un pacte entre de nombreux partenaires publics et privés pouvant agir directement dans la lutte contre le gaspillage alimentaire
  • 50% de réduction des déchets alimentaires d’ici 2025, c’est l’objectif que se sont fixés les signataires du pacte. Pour cela, différents leviers doivent être actionnés: promotion du don alimentaire, gestion des invendus, éducation du jeune public, formation des professionnels, sensibilisation du grand public
  • 2016 la première loi relative à la lutte contre le gaspillage alimentaire est votée en France; c’est la loi Garot
  • 10-15% de dons en plus aux associations depuis la signature de cette loi Garot

Pour le secteur événementiel?

Aujourd’hui, il n’existe pas de chiffres mais nous pouvons agir. Quels sont les principaux leviers d’action que nous avons, lors de l’organisation d’un événement?

1- Donner aux associations

De plus en plus d’associations viennent à la fin d’un événement, si elles ont été sollicitées en amont, afin de récupérer les plateaux qui n’ont pas été distribués aux invités. Petits fours, verrines, ou autres plats pourront être redistribués aux personnes dans le besoin. Mais pour cela il faudra faire attention que les aliments n’aient pas subi de rupture de la chaîne du froid. En effet, il ne s’agit pas ici d’aliments emballés mais de produits frais et cuisinés.

2- Donner aux invités

Il est aussi possible d’intégrer, dans la mise en place des buffets traiteurs, d’un espace dédié, aux doggy-bags et proposés en fin de soirée aux invités. Pour cela, il faut travailler en amont la mise en scène de cet espace afin de donner envie aux invités de repartir avec leur doggy-bag. Il existe des jeunes start-ups comme TakeAway, qui travaillent sur des emballages innovants et personnalisables, sans plastique, recyclables, et qui s’intégreront parfaitement dans votre décoration de table.

3- Valoriser les déchets

Toujours en amont, nous pouvons travailler avec les traiteurs à la mise en place d’une logistique le jour J permettant de récupérer tous les déchets organiques (petits fours grignotés mais pas engloutis, terrines à moitié vides etc) dans l’objectifs de les recycler en bio-déchets (compost, énergies etc).

De plus en plus de traiteurs comme TE-Traiteur Ethique ou les traiteurs de France sont engagés dans une démarche éco-responsable et seront ravis de travailler avec vous sur la réduction des déchets.

4- Réduire les quantités

Enfin, il en va aussi de la responsabilité des agences de réduire les quantités demandées en amont, via la liste des invités et d’être au plus juste le jour J. Sur l’exemple des professionnels de la grande distribution qui, afin d’avoir toujours des rayons remplis, ont revu en amont les quantités commandées en fonction de la demande.

Il faut savoir que de plus en plus d’entreprises accompagnent les professionnels dans la lutte contre le gaspillage alimentaire. Ils sont extrêmement compétents et proposent des solutions prenant en charge la logistique de A à Z. Cela à un coût, qu’il faudra anticiper sur les devis clients.

Les plus connues sont Phenix, Equoevento, Eqosphère, la Tablé des chefs, les connexions, mais il en existe surement encore bien d’autres.

 Enfin, sachez que ZERO WASTE FRANCE a édité un guide très bien fait à l’attention des professionnels de l’événementiel dans le but de créer des événements tout en limitant son impact sur l’environnement.

Si votre budget ne vous permet pas de faire appel à ces entreprises, alors il est aussi possible d’appeler directement les associations qui viendront récupérer les repas non consommés, comme la Mie Caline, les restos du coeur, Aurore, La Main de l’Autre etc.. Encore une fois il faudra bien faire attention de ne distribuer que les plateaux qui seront restés au froid pendant tout l’événement.

Devant l’urgence environnementale qui nous préoccupe tous, il devient incontournable pour les professionnels de l’événementiel de trouver des solutions pour réduire le gaspillage alimentaire. L’objectif final étant de monter des événements « Zéro déchets » en mettant en place des actions concrètes favorisant l’économie circulaire en abandonnant les vieilles habitudes liées à l’économie linéaire.

Sources

ADEME, Alim’Agri, Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation